Nouvelles

Recherche d’un agrément collectif par plusieurs organismes, projet qui hausse les exigences de la trajectoire intégrée des usagers

10 juin 2019

La Huron Perth Healthcare Alliance (HPHA) est une alliance de quatre hôpitaux et une chef de file dans la prestation de soins intégrés. Grâce à des soins uniformes et de haute qualité, et à de solides partenariats avec les usagers, la HPHA s’efforce d’offrir une trajectoire intégrée de l’usager.

L’exemple le plus récent à ce sujet est la présentation de la candidature collective de la HPHA avec les organismes suivants pour la prochaine visite d’agrément : la Société Alzheimer Canada de Huron County, la Société Alzheimer de Perth County, la Clinton Family Health Team, la North Perth Family Health Team, Krollcrest Lodge et Ritz Lutheran Villa/Mitchell Nursing Home.

Andrew Williams, PDG de la Huron Perth Healthcare Alliance
Andrew Williams, PDG de la Huron Perth Healthcare Alliance

Dans le cadre d’une entrevue effectuée auprès d’Agrément Canada (AC), Andrew Williams, PDG de la HPHA, a affirmé que celle-ci souhaitait aborder le processus d’agrément dans l’objectif de rehausser les normes afin d’harmoniser les pratiques, les protocoles et les procédures à l’échelle des différents secteurs.

« Nous sommes le premier organisme de l’Ontario à rechercher un modèle comme celui-ci, où nous réunissons, dans le cadre d’une seule visite [d’agrément], des organismes dirigés séparément. L’équipe de visiteurs ne nous percevra pas comme sept organismes indépendants, mais comme un seul organisme », affirme Williams.

Le PDG a expliqué qu’il était essentiel d’offrir des soins uniformes aux usagers et aux résidents qui passent d’un organisme à un autre.

« Plus nous offrirons des soins uniformes, plus nos missions s’harmoniseront et meilleure sera l’expérience globale de prestation des soins. »

Cathy Ritsema, directrice générale de la Société Alzheimer de Huron County, explique à quel point sa première expérience en matière d’agrément a permis à son organisme de renforcer les compétences de ses directeurs et du personnel :

« Les connaissances et le savoir collectif de l’équipe d’agrément de la HPHA a permis de développer une compréhension plus approfondie de l’ensemble des pratiques en matière de soins de santé. Je crois que le processus d’agrément encourage la qualité. Ce modèle de collaboration a permis aux partenaires d’obtenir des résultats évolutifs grâce au développement d’une mission commune. »

Williams mentionne que malgré le fait que la consolidation des ressources sera enrichissante pour tous les partenaires, un processus d’agrément mené dans différents secteurs n’est pas dépourvu de difficultés.

« Certains de nos partenaires se soumettent à une visite d’agrément pour la première fois. Ainsi, ils ne sont pas tous à l’aise avec les normes et ne possèdent pas tous les mêmes connaissances par rapport aux outils et aux processus accessibles », affirme-t-il.

Williams ajoute que les différentes responsabilités à l’échelle provinciale et les divergences en matière de supervision nécessitent qu’on en discute et qu’on y accorde une attention particulière.

Le PDG de la HPHA affirme toutefois que les efforts déployés dans le cadre de ce processus intégré de visite d’agrément seront largement récompensés. Il ajoute que ceux qui tireront le plus d’avantages de ce modèle intégré seront les usagers, les résidents et les clients.

« Il faut idéalement réduire la trajectoire de l’usager. C’est un processus mieux coordonné et plus facile à comprendre. Autrement dit, ce processus est axé sur la personne, peu importe son emplacement, et il est développé selon la perspective des utilisateurs du système », affirme Williams.

Le PDG mentionne que son modèle d’agrément en collaboration favorise l’amélioration de la qualité, à différents niveaux.

« Nous avons tous des secteurs de compétence et pouvons tous apprendre les uns des autres », affirme-t-il.

Jeff Renaud, administrateur de Ritz Lutheran Villa, croit que chaque membre de cette sous-région d’agrément reconnaît l’importance de transmettre les pratiques exemplaires en matière de prestation de soins de santé.

« La grande variété de compétences et d’expériences au sein du groupe permet d’améliorer l’expérience de l’agrément, car vous n’êtes pas seul pour déployer les efforts importants! C’est un excellent moyen de transmettre des idées dans notre intérêt à tous et pour notre réussite ultime. »

Malgré les efforts déployés pour coordonner sept organismes et les préparer à la visite d’agrément, Williams affirme que tous les partenaires croient au modèle d’agrément en matière de soins intégrés et à la nécessité d’offrir une trajectoire intégrée de l’usager, du début à la fin. 

« Chaque participant exerce un rôle important dans la réussite de notre projet, dans le cadre duquel nous nous aidons les uns les autres », affirme-t-il. « Les résultats seront plus qu’un aboutissement des efforts; en plus de faciliter la normalisation à l’échelle des secteurs, ils permettront de renforcer les transitions des soins à l’échelle du système. C’est ce dernier point qui suscite le plus de frustrations dans notre système local, provincial et national. »

Kimberly Van Wyk, directrice générale de la Clinton Family Health Team, mentionne :

« Notre collaboration a été avantageuse pour les groupes de travail en matière de gouvernance, de gestion des médicaments, de prévention des infections, et autres. Nous avons réussi à transmettre nos pratiques exemplaires, nos politiques et nos processus de travail. Nous instaurons la confiance et créons des partenariats grâce à nos efforts pour obtenir l’agrément. Ce fut une excellente expérience jusqu’à maintenant. »

Williams affirme qu’il espère que ces efforts permettront d’instaurer un modèle à l’échelle du système de santé de l’Ontario.

« L’avenir des visites [en Ontario] doit être axé sur ce modèle. Plutôt que d’évaluer les organismes individuellement, nous devons mener des visites à l’échelle du système pour uniformiser les normes, les pratiques et appliquer des politiques appropriées, peu importe l’étape de la trajectoire de l’usager qui reçoit les soins », a-t-il affirmé. « Cette approche est d’autant plus possible grâce à la création d’équipes de santé de l’Ontario, dont les différents secteurs seront gérés sous une seule structure de responsabilité. »

Williams connaît bien les visites d’agrément, ayant été visiteur pour AC au cours des dix-huit dernières années.

« Je suis un très grand défenseur de l’agrément, car ce processus nous permet de prendre du recul par rapport à notre travail de tous les jours et d’évaluer nos organismes sous l’angle des normes nationales intégrées qui sont axées sur l’amélioration de la sécurité et de la qualité. »

Selon lui, les organismes comme Agrément Canada fixent les normes en matière de renforcement de la qualité et d’amélioration de la sécurité.

« Si nous examinons de plus près les nombreuses tâches que nous accomplissons aujourd’hui dans le secteur des soins de santé, qu’il s’agisse du bilan comparatif des médicaments, de la gérance des antimicrobiens ou de la prévention de la violence en milieu de travail, nous constatons que de nombreuses initiatives ont autant progressé grâce au choix d’Agrément Canada d’en faire ses priorités. Ainsi, différentes pratiques exemplaires intégrées à notre système de santé sont l’œuvre d’organismes comme Agrément Canada. »

Quel conseil devrait offrir Williams à un organisme, compte tenu de ce type d’agrément collectif?

« Je dirais que l’utilisation des ressources comme Agrément Canada est grandement utile pour les personnes qui s’intéressent beaucoup à l’intégration du système. Elles permettent d’accélérer ce processus et de le gérer de façon responsable dans l’objectif ultime de renforcer le système pour tous. »

Le leadership de la HPHA ne s’arrête pas au modèle d’agrément de soins intégrés. Williams ajoute que la PHPA trace aussi la voie concernant les partenariats avec les usagers.

« Notre organisme possède un excellent programme d’usagers partenaires. La Fondation canadienne pour l’amélioration des services de santé nous reconnaît comme l’un des deux organismes au pays, grâce à la participation de nos usagers partenaires au processus décisionnel de l’organisme. »

Williams souligne l’importance du point de vue de l’usager dans la prestation de soins intégrés et d’offrir cette trajectoire intégrée.

« Nous prétendons connaître beaucoup de réponses, à titre de prestataires de soins de santé. C’est tout à fait le cas, mais il est impossible de savoir avec certitude si nous répondons aux besoins particuliers d’une personne avant de lui avoir parlé. »

Aimeriez-vous devenir agréé? Communiquez avec nous dès aujourd’hui et un spécialiste en agrément vous guidera tout au long de votre processus d’amélioration de la qualité.

Vous pouvez aussi lire d’autres histoires de réussite concernant l’agrément sur notre site Web.