Nouvelles

Faites connaissance avec Patricia Sullivan-Taylor

25 avril 2017

Patricia Sullivan-TaylorLe 10 avril, Agrément Canada (AC) a annoncé la nomination de Patricia Sullivan-Taylor au poste de cadre dirigeante, Politiques et participation des usagers.

Mme Sullivan-Taylor est une infirmière autorisée qualifiée qui apporte à AC 25 ans d’expérience de direction dans les domaines de la santé publique et de l’élaboration de politiques. Née à Jacksonville, en Floride, elle a suivi ses études postsecondaires en Pennsylvanie et elle considère le Canada (et plus particulièrement l’Ontario) comme son foyer depuis plus de 20 ans.

Mme Sullivan-Taylor a amorcé sa carrière en tant qu’infirmière spécialisée en soins cardiaques à l’USI avant de se consacrer aux TI sur la santé et, éventuellement, se concentrer sur l’élaboration de politiques. Durant les 20 années qu’elle a passées au Canada, elle a occupé des postes de direction chez PricewaterhouseCoopers, chez IBM, à l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS), au ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l’Ontario et, récemment, à Qualité des services de santé Ontario (QSSO,) un organisme consultatif provincial sur la qualité des soins de santé.

Lors d’une entrevue, Mme Sullivan-Taylor a mentionné que la qualité des soins de santé est l’un de ses moteurs de carrière. Elle a déclaré ce qui suit : « La qualité est tout ce qui compte pour moi. Je crois qu’elle est fondamentale en ce qui concerne tant son importance relativement à l’usager que les interactions quotidiennes relatives à la prestation et à la planification des soins. De plus, cela doit être facilité par l’appui à la surveillance et à l’amélioration de la qualité à l’échelle des prestataires, de la pratique et du système. »

Mme Sullivan-Taylor a souligné que, au Canada, nous sommes privilégiés d’avoir des partenaires aux échelles nationale et provinciale qui permettent la propagation des pratiques exemplaires. Elle mentionne que les organisations telles que l’ICIS, la Fondation canadienne pour l’amélioration des services de santé (FCASS), les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) et la Change Foundation sont essentielles pour surveiller et soutenir la qualité et élaborer des données probantes connexes aux échelles sous‑régionale et provinciale.

Selon Mme Sullivan-Taylor, ces organisations, de pair avec des conseils de la  qualité en Ontario, au  Nouveau-Brunswick, en Colombie-Britannique, en Alberta, au Manitoba, à l’Île-du-Prince-Édouard et au Yukon, travaillent toutes dans le but de hausser le niveau de qualité. « Mon objectif est de tirer profit des connaissances et des ressources que nos partenaires peuvent apporter, afin que nous puissions maximiser la valeur de l’agrément et des normes mondiales dans le contexte de l’expertise et des ressources locales. »

Mme Sullivan-Taylor a souligné que les programmes d’agrément sont utiles aux organisations de santé et aux décideurs de plusieurs façons. Elle a mentionné que l’agrément aide les organisations à concevoir et à mettre en œuvre des politiques et des pratiques fondées sur des données probantes avec l’appui d’une évaluation indépendante faite par un tiers.

Elle a ajouté que l’agrément permet également aux organisations et aux prestataires de surveiller et d’améliorer de façon continue la prestation de soins de qualité – des interactions avec les usagers et les familles à la culture de gouvernance et de leadership, en passant par les interactions avec les usagers. « Cela oblige les organisations à non seulement assurer la gestion interne, mais également à se comparer aux autres », a mentionné Mme Sullivan-Taylor. « Le fait de disposer d’outils de confiance pour appuyer la comparaison entre les pairs aide les organisations à cerner les aspects qui ont besoin d’être améliorés. Cela peut également mettre en lumière les domaines d’excellence dans lesquels les organisations peuvent encadrer et orienter les autres. »

Elle a ajouté que l’agrément est un processus continu, étant donné qu’il y a toujours quelque chose que les organisations de santé et les prestataires peuvent améliorer. Mme Sullivan-Taylor a mentionné que même lorsque les organisations obtiennent un statut exemplaire, elles devraient ensuite garder les yeux rivés sur leurs prochaines mesures d’amélioration ou sur la façon dont elles pourraient aider à donner de l’envergure à un processus dans l’ensemble d’une région, d’une province ou du pays. « Il n’y a pas de fin à la qualité », déclare-t-elle. « L’amélioration n’a pas de limite. Il y a toujours une prochaine étape. »

Selon Mme Sullivan-Taylor, l’un des mythes entourant l’agrément est que les organisations croient que pour obtenir l’agrément, elles doivent déjà être bonnes. « À mon avis, c’est un peu contradictoire », a-t-elle déclaré. « Tout l’intérêt d’effectuer les démarches d’agrément est de voir où vous en êtes en tant qu’organisation et de reconnaître les domaines qui ont besoin d’attention. Cela aide à favoriser la collaboration de toute l’équipe en ce qui a trait à l’amélioration de la qualité et à l’harmonisation avec les priorités stratégiques. »

Elle a affirmé que, à la base, le processus d’agrément permet aux organisations de comprendre la mesure dans laquelle leur état actuel se conforme aux normes. « Il s’agit d’un cadre utile, et Agrément Canada fournit non seulement l’évaluation, mais également le soutien par les pairs pour aider les organisations à passer de leur état actuel à quelque chose de mieux », déclare-t-elle. « C’est ce en quoi consiste la qualité, et je me sens grandement privilégiée de faire partie de l’équipe. »

Selon Mme Sullivan-Taylor, un agrément réussi vient d’une culture et d’une attitude de leadership efficace. « Le titre d’une personne au sein d’une organisation n’a pas d’importance », déclare-t-elle. « Ce qui compte, c’est que tout le monde au sein de l’organisation ait la responsabilité de favoriser la qualité et d’être à l’écoute, de travailler pour offrir des services de qualité, de savoir ce que cela représente et de faire de son mieux. » Elle a ajouté que les organisations qui sont des leaders en agrément ont également un rôle important à jouer : partager leurs connaissances et aider au rayonnement des autres organisations.

Mme Sullivan-Taylor en a appris beaucoup au sujet d’AC au cours de sa période d’affectation de dix ans à l’ICIS, où elle a travaillé en étroite collaboration avec plusieurs collègues d’AC. Elle a mentionné que son intérêt pour AC a atteint un sommet lors de l’annonce au début de l’année 2017 du nouveau partenariat avec l’Organisation de normes en santé (HSO). « J’étais vraiment emballée par la nouvelle stratégie ambitieuse, le nouveau leadership et l’occasion de concevoir et de mettre en œuvre des outils et des programmes d’agrément de classe mondiale permettant d’assurer des soins de meilleure qualité en collaboration avec les Canadiens, et pour ces derniers », a-t-elle déclaré.

Mme Sullivan-Taylor a soutenu qu’elle a hâte d’aider AC et HSO à mettre en œuvre leur nouvelle stratégie et à établir de nouveaux partenariats en Ontario, au Canada et partout dans le monde.