Nouvelles

Agrément Canada ouvre des portes et offre un avantage concurrentiel au système de santé public de l’Équateur : hôpital général de Babahoyo (IESS) – Équateur

4 septembre 2017

Hospital General BabahoyoSelon un haut dirigeant de l’hôpital général de Babahoyo (IESS), en Équateur, le cachet de l’agrément d’Agrément Canada (AC) offre un avantage concurrentiel et un monde de possibilités.

« Après notre agrément, beaucoup de portes se sont ouvertes pour notre hôpital. En effet, le respect des normes canadiennes nous permettait dorénavant d’être reconnus à l’échelle nationale comme un des meilleurs hôpitaux IESS en Équateur », affirme le Dr Edwin Mejia Tapia, directeur technique des soins hospitaliers et ambulatoires à l’hôpital général de Babahoyo. « Le processus d’agrément a été une expérience positive pour notre organisme. »

Il souligne qu’en Équateur, les services de santé privés ont souvent la cote par rapport aux services de santé publics. L’agrément a toutefois renforcé le système de santé public en inspirant une plus grande confiance chez les gens, aux dires du Dr Mejia Tapia. « L’agrément a permis de renforcer une culture d’amélioration continue de la qualité qui met l’accent sur la sécurité de l’usager. »

L’évaluation de l’état de préparation de l’hôpital général de Babahoyo a eu lieu en juillet 2016 et la visite d’agrément a suivi, en novembre 2016. Le Dr Mejia Tapia a indiqué, dans le cadre d’une entrevue, que le processus d’agrément a été difficile pour l’hôpital, puisque l’organisme ne s’était donné qu’environ trois mois pour se préparer à la visite.

« Nous avons assumé beaucoup de responsabilités et nous avons prolongé nos heures de travail et travaillé les week-ends et les jours de congé. »

Il ajoute que les membres du personnel et les directeurs appuyaient le processus d’agrément.

Guadalupe Ormaza Z., une conseillère en amélioration des soins de santé pour Agrément Canada, explique que l’hôpital général de Babahoyo n’a appris que récemment qu’AC était actif en Équateur. L’organisme a alors décidé d’aller de l’avant avec le processus d’agrément.

« J’ai travaillé avec eux et je peux dire qu’ils travaillent très fort. Leur niveau d’engagement était excellent », affirme Mme Ormaza Z.

Le Dr Mejia Tapia indique que le processus d’évaluation et les préparatifs de la visite ont exigé, en peu de temps, plusieurs changements dans le comportement quotidien du personnel. Lui et son équipe ont rallié leurs collègues à la cause en les amenant à mettre l’accent sur les avantages que les efforts d’amélioration de la qualité accrus auraient sur la santé et sur les soins.

« Nous avons fait comprendre aux gens que notre travail ne consistait pas uniquement à obtenir un statut d’agrément. Il consistait plutôt à normaliser et à maintenir la qualité de nos processus et la sécurité de nos services au profit de notre clientèle interne et externe », affirme le Dr Mejia Tapia.

Il ajoute que l’hôpital général de Babahoyo s’était doté de processus pour assurer la qualité de ses services, mais qu’il n’avait pas mis en place de processus documentés et normalisés. « Le processus d’agrément nous a aidés à apporter ces correctifs. »

Le Dr Mejia Tapia indique que le processus a aidé à renforcer une culture d’amélioration continue qui met l’accent sur la sécurité de l’usager et la qualité des soins – une culture d’apprentissages multiples découlant du processus d’agrément.

« Le processus d’agrément permet d’accorder de l’attention non seulement aux questions d’ordre technique touchant un organisme, mais également à sa capacité de respecter la dignité humaine », précise-t-il. Il ajoute que comme suite à la visite d’AC, l’accent est davantage mis sur le renforcement de la communication avec les usagers et les familles et sur le suivi de la rétroaction des usagers.

Le Dr Mejia Tapia affirme que l’hôpital général de Babahoyo voulait être agréé par AC, puisque le système de santé canadien est un chef de file nord-américain en matière de soins; l’espérance de vie y est plus grande, le contrôle des infections y est meilleur et la satisfaction des usagers élevée.

Il ajoute que la désignation d’organisme agréé en fonction de normes de santé canadiennes est un facteur distinctif qui donne un coup de pouce aux organismes publics comme l’hôpital de Babahoyo. « Avoir un agrément international de source canadienne est un important avantage. Ce facteur différenciateur renforce la qualité et la sécurité des services de santé. »

Le Dr Mejia Tapia ajoute que l’hôpital général de Babahoyo poursuivra ses efforts d’amélioration de la qualité, puisqu’il espère éventuellement obtenir l’agrément de niveau Diamant, soit le niveau le plus élevé du programme d’agrément international d’AC.