L’Hôpital général de Guelph s’appuie sur les normes d’agrément pour créer une unité offrant d’autres niveaux de soins pendant la COVID-19

29 juillet 2020

L’agrément et les normes constituent un cadre de référence solide pour la gestion d’une situation d’urgence, affirme l’Hôpital général de Guelph.

Lorsque les cas de la COVID-19 ont commencé à surgir ce printemps à Guelph, en Ontario, l’Hôpital général de Guelph a réagi rapidement en créant une salle séparée pour protéger les patients bénéficiant d’autres niveaux de soins (ANS).

Jenny Griffin, directrice des services périopératoires de l’Hôpital général de Guelph, situé en périphérie de Toronto, en Ontario, explique qu’aussitôt qu’on a mis en suspens les chirurgies d’un jour en raison de la pandémie récente, l’hôpital a pris l’initiative de créer une nouvelle unité divisée en 27 sections offrant d’autres niveaux de soins.

« Nous avons réussi à créer cette unité ensemble en moins de cinq jours », a affirmé Griffin. « Notre concept était de placer nos patients les plus vulnérables le plus loin possible des autres salles. »

Les membres du personnel de l’Hôpital général de Guelph qui ont travaillé sur l’unité ANS.

Griffin mentionne que les patients bénéficiant d’autres niveaux de soins sont généralement plus âgés et exposés à un risque plus élevé de contracter la COVID-19. « Ces patients sont également exposés à un risque accru de chutes, et d’autres comportements également [à prendre en compte] », a-t-elle affirmé.

Griffin ajoute que les différentes équipes de l’hôpital ont uni leurs efforts pour rendre fonctionnelle la nouvelle unité offrant d’autres niveaux de soins.

Elle a affirmé que l’équipe de chirurgie d’un jour avait augmenté ses heures de travail pour faire en sorte que l’unité offrant d’autres niveaux de soins soit fonctionnelle 24 heures sur 24. De plus, l’équipe des pratiques professionnelles a contribué à la formation de l’équipe de l’unité.

« Cette expérience fut un véritable travail de collaboration, et les gens sont fiers de cela », avance Griffin. « Cette unité ensoleillait notre journée. Les équipes collaboraient de si près. »

Julie Wilson, directrice de la qualité et des pratiques professionnelles, mentionne que l’Hôpital général de Guelph songeait depuis un certain temps à créer une unité adaptée aux besoins des personnes âgées.

« Pendant la COVID-19, il y avait tellement de gens qui nous proposaient des idées incroyables très rapidement », a soutenu Wilson. « Ce fut intéressant de faire cet essai et de voir à quel point nous en avons tiré du plaisir. »

Wilson mentionne que le programme d’agrément d’Agrément Canada (AC), qui s’appuie sur les normes de l’Organisation de normes en santé (HSO), est précieux en situation de crise. En effet, il comprend des pratiques exemplaires qui sont faciles à suivre.

« En situation de crise, les choses changent rapidement », a rappelé Wilson. « On peut utiliser les normes à titre de référence au moment de prendre des décisions à propos de toutes les autres choses qui sont en état d’évolution. » Elle ajoute : « C’est le même principe qu’une recette. Tous les renseignements sont indiqués, et il est facile de les obtenir. »

Griffin affirme que l’Hôpital général de Guelph a reçu beaucoup de commentaires positifs sur l’unité séparée de la part de collègues ainsi que de patients et de leur famille.

« Nous avons créé cette autre unité pour retirer ces patients et les mettre à l’abri le plus possible », a-t-elle affirmé. « Je suis si fière de constater la collaboration très étroite dont les équipes ont fait preuve et à quel point cette expérience fut rapide, sécuritaire et positive. »

Membres du personnel de l’unité ANS de l’Hôpital général de Guelph.